Brexit : que va-t-il se passer ensuite ? 

Alors que les politiciens et les places financières continuent à prendre la mesure du choix des Britanniques de quitter l’Union européenne, les perspectives à long terme des marchés sont très incertaines. Les négociations de sortie du Royaume-Uni de l’UE seront longues et difficiles. Comment cela va-t-il se passer ? Voici ce que nous pouvons en dire.

640x371_Brexit

On devrait assister à de fortes déclarations politiques en réaction au choix historique des Britanniques. Les interventions des banquiers centraux, des ministres des Finances, des dirigeants européens et britanniques, notamment celles du premier ministre David Cameron, seront scrutées de près. Les marchés financiers seront extrêmement sensibles à chaque déclaration importante et afficheront une forte volatilité. La charge reviendra alors au gouverneur de la Banque d’Angleterre et à ses homologues européens de coordonner leurs actions afin de stabiliser les marchés.

Dans les prochains jours, on devrait voir de nombreuses critiques en Europe s’élever quant au déroulement du processus de sortie. Les négociations sur les prochains accords économiques entre le Royaume-Uni et l’UE pourraient se compliquer en l’absence de consensus sur la procédure à suivre. La tâche ne sera pas de tout repos pour les leaders européens qui doivent eux-mêmes faire face à la montée en puissance des partis populistes. Nombreux sont ces mouvements d’extrême droite qui ont déjà appelé à suivre l’exemple britannique et demandent également l’organisation d’un référendum d’auto-détermination dans leur propre pays.

David Cameron s’était déjà engagé à activer sans tarder l’article 50 du traité européen de Lisbonne de 2009, préalable nécessaire pour lancer le processus de sortie. Il s’agira donc là de la première étape d’une longue procédure de négociations entre le Royaume-Uni et le reste de l’UE. Le processus devrait s’étaler sur les deux prochaines années. Mais, le début des discussions sur un nouvel accord commercial pourrait également retarder l’activation de l’article 50, selon les partisans du Brexit.

Dans l’idéal, le Royaume-Uni ne sera plus membre de l’UE à l’été 2018. Mais, les choses sont plus compliquées. La probabilité qu’aucun accord ne soit trouvé d’ici là et que les négociations de sortie s’éternisent est grande. Le camp du Brexit espère boucler d’ici 2020, les discussions sur un nouvel accord commercial entre le Royaume-Uni et l’UE.

En attendant d’y voir plus clair dans les semaines à venir, il est certain que le choix du Brexit a précipité Britanniques et Européens dans l’inconnu. Les futures négociations seront longues et difficiles pour les deux parties.

Notez cet article !

Antoine Klein

En savoir plus

Expert dans les options binaires depuis 10 ans.

Voir les articles - Visiter le site

Poster un commentaire