Rapport de l’emploi aux Etats-Unis : quel est son impact sur les marchés financiers ?

Au regard des rapports sur les emplois non-agricoles aux Etats-Unis, l’économie américaine se porte relativement bien, avec 321 000 nouveaux emplois créés au lieu des 231 000 espérés. En conséquence, le taux de chômage tourne autour de 5.8%, un niveau qui est à son plus bas depuis 2008. Ces chiffres ont nécessairement un impact sur les fluctuations du dollar, et sur les marchés financiers.

Des chiffres positifs à ne pas négliger

usDepuis 2012, l’économie américaine connaît un léger mieux. La croissance en est à sa dixième augmentation successive, avec plus de 200 000 emplois cumulés. Entre septembre et octobre de cette année par exemple, les entrepreneurs ont créé 44 000 nouveaux emplois.

Dans le même temps, on assiste à une augmentation des salaires : comparativement à la même période au cours de l’année dernière, ils ont crû de 2.1%. Une fois de plus, cette hausse est beaucoup plus forte que ce qui était attendu.

Le taux de participation qui est un indice de l’optimisme des ménages américains est resté stable, autour de 62.8%. Ce taux est indicatif de la confiance des américains quant aux perspectives d’emploi et à l’avenir. Le plus intéressant, c’est que ces chiffres positifs ne sont pas le seul fait des industries.

En effet, les détaillants et les entreprises de fabrication ont toutes recruté avant les vacances traditionnelles de fin d’année. Par ailleurs, la masse salariale du gouvernement et le nombre d’emplois dans les services d’affaires a respectivement augmenté de 7000 et 68 000.

L’impact sur l’économie américaine

Il apparaît donc que les perspectives d’emploi sont favorables aux Etats-Unis. Par ailleurs, cette nouvelle peut favoriser une hausse des taux d’intérêt par la FED, la Réserve Fédérale Américaine. Les économistes pensent en effet que la Réserve Fédérale pourrait resserrer sa politique commerciale d’ici au milieu de l’année 2015. On s’attend à ce que la présidente de cette organisation produise un communiqué dans lequel elle fera connaître les orientations politiques de l’institution qu’elle dirige au cours de ce mois. Dans tous les cas, il faut sans doute s’attendre à une hausse des taux d’intérêts.

Cependant, il ne faut pas oublier que l’institution reste elle-même très prudente, malgré les signes d’embellie notés ces derniers temps.

On sait en effet que des remarques sévères sur l’économie du pays peuvent provoquer une hausse du dollar qui sera difficile de maîtriser. Les rapports récents montrent par exemple que la Banque Centrale américaine souhaiterait que le pays parvienne à une inflation de 2% pour juguler les effets de la crise, alors qu’elle n’est que de 1.4% actuellement.

Sur le Forex, le dollar devrait néanmoins conserver sa prééminence sur les concurrents que sont l’Euro ou le Yen.

Notez cet article !

Antoine Klein

En savoir plus

Expert dans les options binaires depuis 10 ans.

Voir les articles - Visiter le site

Poster un commentaire